Total Visites

vendredi 17 février 2017

Entre Bouar et Bozoum




 

Entre Bouar et Bozoum
Vendredi soir je suis rentré en RCA, depuis le Cameroun. Je me suis arrêté à Bouar, où j’ai pu assister à l'ouverture de la Foire agricole, qui Caritas y organise depuis 7 ans, grâce au travail du p.Beniamino Gusmeroli.
Je pars le samedi après-midi avec le p.Enrico, et à travers la route directe, nous arrivons dans la soirée à Bozoum, enfin!
Ces jours-ci nous achevons quelques travaux dans l'église. J’ai installé 6 ventilateurs, pour améliorer un peu la partie ancienne de l'église, qui est très chaude, surtout pendant cette saison.
Enrico Massone  par contre a commencé à paver le presbytère. Grâce à notre ami Cesare Biancini (et sa famille) nous avons reçu  les carreaux qui permettront d'avoir un environnement plus propre et plus digne.
C’est un travail long et laborieux, mais Enrico Massone  est habitué: il célèbre cette année 30 ans de travail en Centrafrique, où il est vient régulièrement pour un ou deux mois chaque année, depuis 1987!
Et la semaine prochaine ... il y aura une surprise!













 


vendredi 10 février 2017

Cameroun 2017



Cameroun 2017
Je viens d'arriver à Bouar, après un peu plus de 2.000 km pour une visite au Cameroun, à Yaoundé.
La semaine a été, comme toujours, très animée!
Dimanche, nous avons terminé la Foire Agricole de Bozoum. Les résultats, en dépit de l'insécurité et l’absence de nombreux groupements, ont été bons (avec un chiffre d'affaires estimé entre 22 et 30 mille euros).
Dimanche après-midi, nous avons remis les prix aux meilleurs exposants et au plus beaux jardins ...
Lundi matin, nous commençons une «semaine culturelle» dans notre lycée St.Augustin. Il s’agit d’une semaine complète d'événements culturels (projection de films, des débats, des conférences, des danses, des concours, etc.) préparés par les élèves, les enseignants et sous la direction de Sœur Annita.
En fin de matinée je me précipite à l'aérodrome de Bozoum, et je pars sur un petit avion des UN, qui en une heure me conduit à Bangui, où j'ai quelques réunions sur les futurs projets de construction.
Mardi matin réveil à 4h30, et après la célébration de la messe, nous partons avec le p.Federico vers le Cameroun. C’est pas tout à fait très proche! A 12h30, nous sommes à Bouar, et dans l'après-midi, après avoir retrouvé le p.Enrico, nous continuons vers la frontière. Le passage est toujours incertain: parfois il faut une heure, parfois 3-4 heures ... Nous sommes assez chanceux, et après «seulement» une heure et demie, nous prenons la route, et à 19.30 nous sommes à Bertoua, où nous passons la nuit. Ici, nous rencontrons quelques amis de Centrafrique, qui ont dû fuir le pays en 2014, et qui cherchent à reconstruire leur entreprise. Nous repartons le mercredi matin, et à midi, nous sommes à Yaoundé, à 1200 km de Bangui.
Nous sommes ici pour rencontrer les Pères et nos jeunes en formation, mais aussi pour faire quelques achats (semences, médicaments, colle à bois ...). Nous profitons aussi du temps limité pour passer saluer l'Ambassadeur d'Italie au Cameroun, qui était venue en Octobre à Bozoum.
Vendredi matin à 5h45 nous partons de Yaoundé, et le soir nous arrivons à Bouar.
Sur la route, du côté centrafricain, nous rencontrons un groupe de rebelles, qui est stationné sur place depuis plusieurs mois, sans être dérangé par les Forces de l’ordre ou par les Casques bleus ...
A Bouar, la situation est très tendue, car il y a peur d’attaques et d’affrontements ... Dans la nuit entre le jeudi et le vendredi il y avait une bousculade générale, en raison des «rumeurs» qui circulent ...
Suzanne, la vincitrice del concorso degli orti
Suzanne, le lauréat du concours des jardins potagers





Bozoum

La comunità dei Carmelitani a Yaounde

Acquisto di sementi
Achat de semences à Yaounde



Forno a legna a Bertoua
le four à bois à Bertoua


samedi 4 février 2017

Foire agricole 2017






Foire agricole 2017

Et contre tous et contre tout... oui, nous avons réussi cette année à organiser la grande Foire Agricole de Bozoum.
Nous l’avons créé en 2004, et nous en sommes aujourd'hui à la 13ème édition ! Une Foire créé pour encourager les agriculteurs et les coopératives. La Fête de l’Orgueil paysan !
Depuis toujours je crois et nous croyons qu’il n’y a pas de Paix sans développement, et nous continuons à encourager les efforts de femmes et d’hommes de bonne volonté, convaincu que c’est seulement avec le travail, la patience et la passion que l’on peut construire la dignité d’une personne.
Malheureusement l’édition 2017 arrive dans un moment difficile. La veille, vendredi 2 février, un groupe de rebelles a attaqué la ville de Bocaranga (à 125 km), brûlant le marché et les maisons, pillant et tuant au moins 18 personnes.
En raison de l’insécurité, nous n’avons pas pu inviter les groupements de Bocaranga, Koui, Ndim, Ngaundaye et Paoua. Et cela a grandement réduit la présence des exposants et le volume des marchandises exposées et vendues...
En outre, nous n’avons reçu aucune aide ou financement de diverses ONG, contrairement aux années passées. Mais la Providence est grande, et faisons même avec peu de ressources !
Depuis environ un mois nous préparons la Foire. Il y a des bénévoles, le personnel et les élèves de la dernière classe de notre Lycée  St. Augustin, qui avec fierté et générosité accueillent les groupements, enregistrent les participants et suivent les activités.
Samedi matin  nous sommes tous prêts. L’endroit est propre, les stands prêts et à 9h nous commençons par un petit défilé. Il y aurait les discours par les autorités, mais depuis plusieurs mois il n’y a pas de Préfet ni de Sous Préfet à Bozoum...
La Foire est un espace d’exposition (pour mettre en évidence le visage « beau » de l’agriculture) et de ventes.
Dans l’après-midi, nous visitons une dizaine de jardins potagers... Ici aussi, c’est un régal pour les yeux et pour le cœur ! Des gens simples, qui travaillent dur et présentent avec fierté le fruit de leur travail !
Trop beau !


gli alunni del nostro Liceo
les élèves de notre Lycée St Augustin












vendredi 27 janvier 2017

Johannesburg-Bangui-Bozoum




Johannesburg-Bangui-Bozoum
Nous nous sommes quittés vendredi soir, alors que j'étais encore à Johannesburg, pour voir les machines pour la fabrication de briques.
Après deux belles journées de travail, le samedi moi et Enrico Massone nous avons pris une journée en  touristes! Avec un bon train  nous sommes allés en ville que nous avons parcourue avec un bus.
C’est une ville très diversifiée, avec beaucoup de vert (des millions d'arbres plantés pour diminuer la poussière des mines d'or). Nous visitons un joli parc, qui abrite le zoo, où de nombreuses familles vont pour une visite et un pique-nique. Nous traversons des lieux très beaux et significatifs, comme la place dédiée au Mahatma Gandhi, qui avait commencé ici à sa vie comme avocat et sa lutte non-violente.
Nous visitons aussi le Musée de l'Apartheid, qui raconte la triste histoire de ce pays, mais aussi les luttes et les espoirs de beaucoup de gens, parmi lesquels le grand Mandela.
Dans la soirée, nous nous approchons de l'aéroport. Notre vol, prévu pour 01h15 la nuit, est annoncé avec un retard, et enfin nous partons à 2h30. Ainsi, même pour le retour, nous avons droit à  une bonne course à l'aéroport de Nairobi pour attraper le vol suivant. Et le matin à 9h nous sommes déjà à Bangui, après 7 heures de vol (en raison de la différence de fuseaux horaires).
Dans l'après-midi, nous accueillons Don David, le secrétaire de la Nonciature, qui est en visite avec des amis italiens, parmi lesquels il y a le dr. Mariella Enoc, président de l'hôpital "Bambino Gesù" de Rome, chargée par Pape François d’aider l'Hôpital Pédiatrique de Bangui  et de faciliter le retour des réfugiés.
Lundi matin, j’ai encore quelques rendez-vous, et vers 12h c’est le départ de Bangui et vers 18h je suis à Bozoum, après les énièmes 400 km de trous, barrières, etc ..
Cette semaine ... il y a pas mal des choses à faire. Je m’occupe de  contrôler le riz produit ici à Bozoum, et que le PAM (Programme Alimentaire Mondial) a l'intention d'acheter pour la distribution dans les écoles.
Mais il y a un gros problème qui me préoccupe: l'insécurité. Depuis quelques semaines, nous nous retrouvons sans Préfet, sans sous-préfet, et les Casques Bleus ont quitté la ville. Souvent il y a des coups de feu, et les anti-Balaka (ex-rebelles, maintenant devenus des bandits...) agissent en vrais maîtres.
Alors mercredi, je les invite à une réunion, et nous sommes une vingtaine de personnes, y compris les responsables du Conseil des Sages, des jeunes et certains anti-balaka.
Nous discutons beaucoup, et le but est d’arrêter les violences et de construire un minimum de coexistence civile pour tous. On espère!
Jeudi une autre réunion pour discuter de la Foire Agricole. Malgré l'insécurité, et en dépit du fait que les paysans de Bocaranga, Ndim et Ngaundaye ne pourront pas venir (pour ne pas les mettre en danger), nous avons finalement décidé de la faire. Et le 4 et 5 Février 2017 il y aura la grande Foire Agricole de Bozoum, pour sa 13e édition.
C’est un pari sur l'avenir, sur le développement, et sur le travail de tant de gens!


Gorilla

Il Re Leone... un po' stanco
Le Roi Lion (un peu fatigué)




Il monumento a Gandhi


Minusca à Bangui

Controllo dell'umidità del riso, prima della vendita
Controle de l'humidité du riz, avant la vente


Ginnastica per gli alunni della scuola di Alfabetizzazione