Total Visites

vendredi 13 janvier 2017

Les (quatre) deux saisons…





Les quatre  deux saisons…
En Centrafrique il n’y a que deux saisons, au lieu de quatre: la saison des pluies et la saison sèche.
La longueur des saisons varie un peu entre un point et l’autre du pays, mais ici à Bozoum, à peu près, la saison des pluies commence en Avril-Mai et se termine en Octobre-Novembre (7 mois) et la saison dure depuis Octobre-Novembre jusqu’en Mars-Avril.
Nous sommes donc en pleine saison sèche. Pas de pluie pendant cinq mois, du vent, les incendies qui dévastent la savane, et beaucoup de poussière!
Entre Novembre et Janvier la température baisse beaucoup pendant  la nuit (nous avons eu jusqu'à 7 degrés!) Mais au cours de la journée, le soleil fait son devoir, et le thermomètre monte jusqu'à 34-38 degrés. Mais étant très sec, la chaleur est supportable.
Voyager est un peu plus facile que pendant les pluies ... mais il y a beaucoup de poussière!
En cette semaine qu’est-ce que nous avons fait? Un peu de tout! Lundi, nous avons femis les bulletins aux élèves de notre lycée St Augustin. Mardi après-midi réunion de coordination avec les ONG qui travaillent à Bozoum.
Mercredi après-midi, je pars pour Bouar. Je prends le risque  de passer sur la route directe (110 km au lieu de 250, et 2,5 heures au lieu de 5 ...). C’est à partir de Juillet qui n'était plus possible d’y passer, pour les ponts brisés, et à cause d'un gué. Je peux passer assez bien. Mais il y a une chose qui me met en colère : c’est est que cette route est en réparation depuis 4 ans, et ce n’est pas encore achevée. Le projet a été confié à une entreprise, mais elle n'a pas terminé. L'État a pris le relais , mais les machines restent sur place, depuis plus de six mois, sans travailler ...
A Bouar je visite nos communautés de Yole et St.Elie, où les Carmes sont très engagés dans le travail éducatif et la formation.
Je passe le temps d'une réunion à l'autre, et je suis obligé à toucher des sujets très différents : la situation du pays, l'élevage de lapins, l'école, la construction d'un mur, la formation des novices, les activités de Caritas et de Justice et Paix, une recette de cuisine, l'élaboration d'un projet pour les personnes atteintes du Sida ...
Vendredi matin je quitte Bouar et j’arrive à Baoro, où je rencontre la communauté. Après le repas je reprends la route, et après un arrêt à Bossentele, j’arrive à Bozoum un peu avant 18h.
Juste le temps de saluer, et je dois courir pour réparer un câble, parce que nous sommes sans eau ... Une demi-heure, et la pompe recommence à marcher, et il y a l'eau pour tout le monde ...










vendredi 6 janvier 2017

Le nouvel an!





Le nouvel an!
Donc le vieux 2016 s’en est allé, et nous nous retrouvons une année toute neuve!
A Bozoum nous le commençons dans le calme, mais dans la joie. Le 31 Décembre, nous célébrons l'Eucharistie à 17h pour remercier Dieu pour tout ce que nous avons vécu et, surtout, parce qu’il nous a toujours accompagnés!
Nous avons dîné avec les sœurs, et après un bon film, vers 22h nous allons au lit ... Parait-il que même sans notre soutien, la nouvelle année a commencé! Ici, à Bozoum la nuit la plupart des gens a dansé, chanté et fait la fête… Nous avons entendu aussi des coups de feu ... qui, heureusement, n’ont pas causé des dommages (et en plus, il y a l'avantage de gaspiller des munitions, qui pourraient être utilisés avec une intention plus malveillante ...).
Dimanche 1er Janvier nous nous trouvons dans l'église pour la célébration de l’Eucharistie, et pendant plusieurs jours, nous allons entendre souvent le cri de "Bonne Annéeeeee" un peu partout.
Je pars lundi matin pour le Nord, pour visiter d'autres missions où travaillent en particulier les capucins. Toute la région est pleine des bandes armées, et il y a beaucoup de tension (2 jours après notre passage, un Casque Bleu a été tué à 25 km de Bocaranga). En arrivant à la barrière de Bocaranga nous trouvons les gendarmes avec les rebelles anti-balaka ... A Ndim les sœurs me disent que les gens ont beaucoup de peur, au point qu'ils ne viennent même plus à l'hôpital ... Nous arrivons à Ngaundaye, à 205 km de Bozoum, dans la soirée. Ici, le p.Piotr me dit que les activités sont presque paralysées à cause des rebelles. Il n’a même pas pu aller célébrer la Messe de Noel dans ses villages, car les rebelles l’ont empêché. Je retrouve aussi les sœurs, y compris Renata Dutto, de Vinadio (ma région en Italie): les discussions se déroulent dans un mélange de français, Piémontais et polonais ... Je visite aussi la ferme du frère  François, un capucin de 84 ans, qui marche avec un bâton ( mais quand il arrive sur les champs ... il la quitte et poursuit presque en courant!). Depuis des années, il travaille, entre autres choses, aussi sur les greffes: il a sélectionné plus de 30 variétés de mangues!
Le lendemain matin, nous repartons, en faisant halte à Ndim, où ils viennent de rouvrir les écoles. Ici aussi il y a les maîtres formés en Septembre par l'ONG SIRIRI de Prague, avec le projet "apprendre en jouant." Et je passe dans les classes du C.I., et je peux voir que les enfants commencent à écrire et lire en Sango ...
Nous arrivons à Bozoum vers 19.30, après 410 km de routes très dévastées, et 3 crevaisons ...
Ces jours, je peux aussi préparer le journal de Bozoum, "Le Saint Michel". Le voici:
https://www.dropbox.com/s/6hswcjh8wbmxjo6/Le%20Saint%20Michel%2014%20web.pdf?dl=0




i manghi innestati di Fra Francesco
les manguiers greffés du frère Francesco


strade
les routes...



con l'aiuto del maestro
avec l'aide du maitre

e da solo
et maintenant tout seul





antibalaka all'opera
un antibalaka à Bocaranga

vendredi 30 décembre 2016

Bonne année!!!







Bonne année
Me voici en Centrafrique, enfin !
Je suis parti vendredi 22 Décembre de Turin, et après avoir passé la nuit à Paris, je suis arrivé à Bangui le 23 au soir, après un bon voyage.
Samedi le 24 je suis parti vers 5h30, et un peu avant midi je suis arrivé à Bozoum, après 400 km de routes poussiéreuses et plutôt mauvaises (surtout les 90 derniers km).
Il y avait beaucoup d’agitation à la Mission pour les derniers préparatifs de Noël: crèche, décorations, des répétitions des chanteurs et des enfants de chœur ...
A 19h nous commençons la Messe de minuit... Très solennelle, avec de beaux chants, des danses et un bataillon de servants d'autel (ils sont environ soixante ...). L’horaire est dû à l'habitude, et aussi à cause de l'insécurité.
Le lendemain matin, à 8h30, c’est la grande Messe de Noël. Il y a beaucoup de gens, et la nouvelle église est pleine! Beaucoup d'enfants viennent à la messe avec un petit jouet, une poupée, un ballon. L’"Enfant Jésus" est passé même ici!
Ces jours-ci il y a beaucoup de poussière, ce qui limite la visibilité à une centaine de mètres. On n'a pas eu de neige, mais partout  il y a un voile de poussière!
Ces jours-ci beaucoup viennent me voir et saluer. C’est beau de se rencontrer à nouveau! 
Dans la semaine, nos jeunes frères étudiants de Bangui viennent passer quelques jours de vacance, avec le p.Federico. Un beau souffle d’espoir !
 A Bozoum iI y a aussi eu quelques bonnes nouvelles: les Casques bleus (qui avaient quitté la ville en Novembre) sont enfin de retour et assurent une présence. Bien que peu, c’est mieux que rien!


Nous commençons aussi à préparer la Foire agricole 2017, prévue pour la fin de Janvier. Nous espérons le faire, parce que jusqu'à présent, malgré les promesses, nous n’avons pas encore reçu un financement!
Et avant de terminer cette année 2016, un mot pour remercier p.Raffaele, Regina, Ludmila, Terezie et Martin, p.Juan Montero et sr. Maria Nazaré: ce sont eux qui traduisent le blog en anglais, allemand, tchèque, espagnol et portugais. Grazie, Merci, Thank you, Danke, Dekuyeme, Muchas gracias, Obrigado!


Langue
n° post
 vues 2016
Italien
219
           94.751
Français
191
           50.274
Anglais
163
           33.529
Tchèque
181
           21.254
Allemand
144
           14.802
Espagnol
147
           13.050
Portugués
10
                 473
Total

         228.133
Et meilleurs vœux à tous pour cette nouvelle année qui nous est donnée. Beaucoup d’espoir et, surtout, la certitude d'être toujours dans de bonnes mains: celles de Dieu.












entrando per la Messa di Mezzanotte
l'entrée pour la Messe de Minuit



non è nebbia... è polvere
ce n'est pas de brouillard... c'est la poussière