Total Visites

dimanche 1 février 2015

Cultiver la Paix






Cultiver la paix
C’est, enfin,  la grande Foire de Bozoum!
Après avoir organisé la dernière en 2013, juste avant le coup d'Etat de la Séléka, nous avons dû attendre deux ans, et rater l'édition 2014, en raison de combats entre antibalaka et Séléka.
Et enfin aujourd'hui, samedi 31 Janvier, nous avons ouvert officiellement la 12è édition de la Foire de Bozoum, qui durera jusqu'à demain, le 1er Février 2015.
C’est un pari sur l'Espoir, un pari sur la Paix, un pari sur la Beauté, le Bien, le Futur ; un pari sur la Terre, sur le Travail, sur la fierté de ceux qui travaillent humblement dans les champs pour se nourrir, mais aussi pour nourrir leur dignité en tant que femme, en tant que homme.
178 coopératives, de Bozoum, Bocaranga, Ndim, Ngaundaye, Bossemptélé, Taley  sont arrivées... Certaines ont voyagé pour 210 kilomètres!
Nous de la Caritas, avec Cordaid (une ONG catholique hollandaise) nous y travaillons depuis près d'un mois!
Invitations aux autorités et organismes, des invitations aux coopératives agricoles (il s’agit de plus de 600 groupements que nous suivons, pour un total de plus de 16 500 membres), des visites dans les villes pour coordonner et organiser. Et cette semaine c’était le départ des camions pour charger les produits (et les gens).
Jusqu'à hier ... j’étais très incertain sur le succès de la Foire. La faire maintenant, avec la tension qui reste, avec des hommes armés un peu partout, avec la guerre qu'il y a eu, c’était un pari.
Et pour l’instant ... nous sommes en train de gagner!
Quand j’ai vu le premier camion d'arriver, j’ai poussé un cri de soulagement!
Hier, vendredi, il y avait déjà une grande attente, parmi les gens de Bozoum, et une belle ambiance de fête!
La foire a lieu dans une zone boisée, où une fois il y avait une usine de coton. Ici, nous mettons en place trente stands, et tout autour des associations et des particuliers (surtout des femmes) ont monté rapidement des tentes et des bâches : les "restaurants" et les buvettes.
Ce matin, à 7 j’ai été sur le site. Après une demi-heure sont arrivés les élèves de la dernière année de notre Lycée Saint Augustin. Ce sont eux qui s’occupent de l'accueil, mais aussi de la collecte de données sur les produits et les ventes. Très fiers, avec leurs uniformes, se démarquent  dans la foule et avec bonne volonté ils donnent un coup de main et, ensemble, ils apprennent quelque chose!
A 9h commence la cérémonie d'ouverture, avec un défilé des groupements: un temps sympathique de fête, qui célèbre la dignité de ceux qui travaillent les champs.
Après les différents discours, la Foire est ouverte et nous faisons une visite des stands. Le premier est celui de la  Caritas, le deuxième celui de notre Centre de promotion de Feminine "Cana", et immédiatement après celui de nos garçons et filles du Centre pour les orphelins Arc en Ciel, présentant les produits de leur travail: des bracelets, des nattes, des paniers , des sandales ...
Et puis les stands des différentes coopératives, avec le riz, les arachides, le maïs, le mil, le sésame, les haricots et de nombreux autres produits de leur travail. Une fête de couleurs et de visages, enfin joyeux, après deux années de guerre ...
Dans l'après-midi nous visitons 13 jardins. Une façon de stimuler et d'encourager ceux qui travaillent pendant la saison sèche et  l’aménagement des zones inhabitées de la ville, et d’encourager l'horticulture.
En arrivant dans la «vallée des jardins" la vue est impressionnante: les légumes verts, sur la terre rouge, et tout bien ordonné et propre. Bravo à tous!
La journée du dimanche, après la messe, est encore consacrée à la vente, et dans l'après-midi ça sera la clôture, avec l'attribution de prix aux meilleurs exposants et aux meilleurs jardins ...
Une Foire peut être un moment de joie et de paix. Le slogan de ces jours est "cultiver la Paix".
Cultiver la Paix exige du temps, de l'effort, de l'humilité. C’est comme cultiver la terre: attendre le bon moment et pluie ; fatiguer  sans se décourager ; se baisser humblement. Mais après il y a des fruits.
C’est la même chose, le même combat pour la Paix !








I nostri ragazzi del Liceo St.Augustin al lavoro!
Les élèves de notre Lycée St.Augustin au travail!


I ragazzi e ragazze del Centro Orfani Arc en Ciel con i loro lavoretti...
Les filles et les garçons de notre Centre pour Orphelins Arc en Ciel, avec leurs oeuvres














samedi 24 janvier 2015

Bon travail!






Bon travail!
Le travail et l'activité ne manquent jamais à Bozoum ... et ce n’est pas ma faute!
Lundi une réunion me tient occupé toute la matinée. Certains jeunes ont menacé les ONG qui sont ici à Bozoum pour aider avec des prétextes absurdes ... Les ONG qui sont ici, sont intervenues dans les villages pour la reconstruction des maisons, et dans la ville pour réparer les routes (donc 2500 les gens, à tour de rôle, ont pu travailler et avoir un salaire, et cela a beaucoup aidé à réduire les tensions).
La réunion, à laquelle participent les ONG, le préfet et les représentants des jeunes, c’était l'occasion de clarifier les choses, et aussi pour essayer de faire comprendre aux jeunes l'importance du travail et de la formation, et pas seulement de l'argent facile ...
Cependant, ce est un signe de comment il est parfois difficile de les aider. Et combien il est important de promouvoir la dignité des personnes qui sont dans le besoin.
Lundi à Bangui, deux personnes travaillant avec Caritas et la Commission de la santé du diocèse de Bangui, ont été enlevés par les antibalaka. C’est le frère Gustave Reosse, Centrafricain, et Claudia Priest, française (chose étrange: en rentrant en RCA, elle était à côté de moi dans l’avion ...).
L'enlèvement est l'œuvre des antibalaka, qui espéraient ainsi obtenir la libération d'un criminel, un de leurs chefs, arrêtés il y a quelques jours pour crimes contre l'humanité ...
Le lendemain une Irakienne qui travaille pour les Nations Unies a été enlevé, mais libérée quelques heures plus tard.
Les deux par contre sont  restés dans les mains de antibalaka. L'archevêque de Bangui a travaillé dur pour mener les négociations, mais il y avait beaucoup de tension. Enfin, le vendredi 23 ils ont été libérés tous les deux.
En plus, hier matin, une voiture de la Croix-Rouge internationale a été attaqué sur la route par les antibalaka, à 26 km de Bangui. Menaces, vol de téléphones et de l'argent. La Croix-Rouge! Et, au comble, tout ceci devant les gendarmes, qui n'ont rien fait pour l'empêcher!
Des mauvais signes...
Signe que la sécurité n’est pas là.
Signe que l'ensemble du dispositif de maintien de la paix de l'ONU ne fonctionne pas (encore?).
Entre autres, le fait de l'enlèvement de personnes travaillant clairement pour une organisation catholique, devrait ouvrir les yeux à ceux qui continuent à parler des antibalaka comme des «milices chrétiennes" ...

Pendant ce temps à Bozoum, en plus de préparer la foire agricole du 31 Janvier, nous réaménageons les magasins, pour refaire le toit, sur lequel le mois prochain sera monté un système de panneaux solaire.
Ce est un grand pas en avant, ce qui nous permettra d'avoir le courant et ne (presque)  pas utiliser le générateur.
Sur ce site il y a quelques détails http://www.sevasrl.it/index.php/component/content/article/32-africa/101-centrafrica:
"l’Installation fournira 11,2 kilowatt. Le projet a été financé et construit par Seva avec l'assistance technique de Kad3Group et le don de batteries par Vipiemme solaire. Le système photovoltaïque de Bozum serait donc opérationnel en Mars et fournira de l'électricité à environ 2.000 personnes, en plus de réduire d'environ 96% la consommation de carburant (gasoil). Il devrait produire chaque année de l'électricité pour environ 18 000 kWh, et ainsi on épargnera environ 9000 kg / an des émissions de CO2 ".
Et tout cela avec le travail de Enrico Massone (qui depuis presque 30 ans il vient en RCA pour nous aider), Alessio Vada, notre équipe de maçons, et d'autres (type Antonio et Guliano, en visite pour quelques jours, et immédiatement mis au travail, avec un pinceau dans la main ...).

Bon travail!











samedi 17 janvier 2015

Il fait froid!





Il fait froid!
Avant de rentrer en Centrafrique, beaucoup me disaient : «  tu as de a chance ! tu vas vers la chaleur ! » Le problème est que, ici en Afrique, il fait froid! Pendant ce temps, les températures pendant la nuit descendent beaucoup.
Nous arrivons ici à Bozoum à 9 degrés! Pendant la journée, il  monte ensuite jusqu'à 30-35 degrés. Mais le soir, la nuit et le matin il fait froid. En particulier les gens (et les enfants et les personnes âgées en particulier) souffrent beaucoup.
Je célèbre la première messe du dimanche depuis mon retour, et est l’occasion pour prier ensemble, et aussi d'apporter les salutations et le souvenir de beaucoup de gens et des communautés que j’ai rencontrés.
Lundi matin je salue les élèves du Collège et Lycée "St.Augustin", à qui je présente également le TRAITE DE PHILOSOPHIE imprimé en Italie, grâce à l'aide de l'Association culturelle "SALINZUCCA – La saveur du savoir».
Ces jours-ci nous faisons mémoire des événements d'il ya un an ... Le 13 Janvier 2014 les rebelles de la Séléka partaient enfin de Bozoum! Il y a encore des tensions dans les cœurs, mais aussi des petits signes d'espoir!
Cette semaine, des parents se sont présentés dans mon bureau pour inscrire des enfants musulmans qui rentrent en RCA, après l’exil au Tchad.
Juste cette semaine au Nigeria Boko Haram, un groupe terroriste islamique, a tué plus de 2.000 personnes. Les attentats de Paris, du point de vue des médias, ont obscurci cette tragédie, qui reste pourtant très grave. L'ensemble est préoccupante, et le retour pacifique des musulmans en Centrafrique c’est une bonne nouvelle.
Jeudi et vendredi je me suis rendu à Bouar. Je visite les communautés Missionnaires des Carmes de Baoro, Saint Elie et du Séminaire de la Yole (qui célèbre le jour de la fête de p.Marcello).
Je rencontre aussi d'autres missionnaires, pour ramasser les rapports pour un projet visant à soutenir les femmes enceintes et les malades, financé par la République tchèque.
J’ai une réunion également avec le  p.Beniamino, qui prépare la foire qui se tiendra les 7 et 8 Février à Bouar.
Avec la Foire de Bozoum (le 31 Janvier et 1er Février) voici un grain (et un fruit !) d'espoir!







p.Marcello

Il ritorno di Hyppolite a Bozoum




samedi 10 janvier 2015

Des voyages




Chiesa di Santa Chiara, Cuneo




Voyages
Les derniers jours en Italie étaient très pleins: réunions, salutations, célébrations. Lundi enfin c’est le départ: nous sommes à 4. Moi, Enrico Massone (maçon, il vient  en RCA chaque année depuis 1987!), Alessio (maçon lui aussi), et une Sœur Clarisse, Sœur Beatrice.
Quelques retards, des imprévus, mais nous arrivons  bien à Bangui et le mardi à 18h nous sommes dans notre couvent du Carmel.
Mercredi la journée passe entre les réunions et rencontres. Le plus beau est avec une vingtaine de jeunes de l'UASCA (une petite association qui rassemble les enfants qui étaient au séminaire à Yole, à Bouar, où j’ai travaillé pendant dix ans).
Ils veulent me voir pour savoir quelque chose sur le prix pour les droits de l'homme que j’a reçu à Madrid, et je saisis cette occasion pour les encourager et stimuler à  beaucoup réfléchir, pour être en mesure de choisir et agir pour le bien du pays.
Jeudi matin à 5h30 nous partons pour Bozoum. 400 km de route, et pas de grandes surprises (heureusement). Nous passons à Bossemptélé, où nous trouvons Hyppolite, qui est à l'hôpital pour une fracture et quelques soucis de santé. Il est assez bien, et nous espérons qu'il récupère rapidement.
Vers 12h nous sommes à Bozoum, juste au moment où les élèves sortent de l'école: un fleuve d’enfants et des jeunes... et de nombreux cris: "Aurelio Aurelio Aurelio".
A la Mission je trouve le p.Enrico et le p.Norberto, puis les sœurs.
Dans l'après-midi ... il y a tout de suite une réunion pour préparer la Foire Agricole, qui se tiendra le 31 Janvier et le 1er Février à Bozoum ...
Enrico et Alessio se mettent rapidement au travail, parce que nous devons refaire les toits des magasins pour installer des panneaux solaires: un grand projet, qui devrait nous permettre d'avoir le courant 24 heures sur24, et ne plus avoir à utiliser le générateur ...
De nombreux chantiers, entre écoles, paroisse, constructions, Foire ... Alors: bon travail à Bozoum!


la mia parrocchia
ma Paroisse à Cuneo

Piazza Galimberti, Cuneo

Incontri dell'ultim'ora a Cuneo

Incontro con i giovani UASCA a Bangui



Hyppolite all'ospedale di Bossemptele


Enrico fotografa

Alessio e i primi contatti
les premiers contacts de Alessio

Inizo dei lavori a Bozoum
commencement des travaux à Bozoum